Pourquoi la CNV constitue une arme redoutable contre la manipulation mentale ?

communication non violente

Quand j’ai entendu parler de CNV, la communication non violente, je me souviens que la première chose qui a traversé mon esprit, c’est : « encore une nouvelle fadaise newageuse où tout le monde il est gentil, tout le monde il est mignon ».

Sauf que quelques temps plus tard, j’apprends qu’Isabelle Padovani, immense figure de la spiritualité francophone contemporaine, n’avait jamais rien vu de plus puissant que la CNV. Pire, elle affirmait que la communication non violente était l’outil de déconditionnement le plus efficace qu’elle connaissait.

Intriguée, je me suis mise à m’intéresser à Marshall Rosenberg, le père fondateur de cette approche, pour m’en faire ma propre idée.

Au départ, toute cette méthode qui consiste à observer sans jugements, sonder ses sentiments, exprimer ses besoins et faire une demande dénuée d’exigence me paraît d’une simplicité confondante. Mais peu à peu, alors que je visionne les vidéos sur le sujet, je commence à percevoir la profondeur et la complexité de la chose.

Une approche pour communiquer « coeur à coeur »

Un jour, c’est le déclic, et je comprends qu’il s’agit là d’une approche analytique et rationnelle détaillant chacune des étapes permettant de communiquer « cœur à cœur ».

Et là, dans un éclair, je perçois le génie de Marshall qui est parvenu à expliquer à travers une approche rationnelle comment atteindre ce lieu qui échappe à toute rationalité : le cœur.

Le cœur, cet endroit si particulier et si étrange qui se caractérise à la fois par l’amour et la liberté. Car oui, le cœur est libre, non manipulable, non aliénable.

Ce n’est en effet pas le cœur qui nous conduit à dire « oui » quand on pense « non », ce n’est pas le cœur non plus qui nous conduit à être gentil quand la rage gronde à l’intérieur. Non, ça, c’est notre conditionnement, celui-là même qui nous conduit à trahir ce que nous sommes pour « plaire » aux autres.

Car « plaire aux autres », il n’en est pas question dans la CNV. La clé de voûte de la  CNV, c’est l’identification et l’expression des besoins.

Mais attention, il y a ici un piège contre lequel tous les novices se heurtent : la distinction entre les besoins et les stratégies.

Une stratégie n’est pas un besoin mais un MOYEN permettant l’assouvissement du besoin, tandis que le besoin est universel et partagé par tous les humains.

Comment la CNV peut-elle aider face à un manipulateur ?

Qu’est-ce que cela signifie concrètement, et quelles en sont les implications ? Cela signifie que si votre interlocuteur affirme qu’il a besoin que vous soyez comme-ci ou comme-ça, en réalité, il exerce sur vous une forme de violence.

Car non, il n’a pas besoin que vous soyez comme ci ou comme ça (rappelez-vous, les besoins sont universels, donc si le besoin exprimé ne s’applique pas également à un petit asiatique à l’autre bout du globe, alors, il ne s’agit pas d’un besoin mais d’une stratégie).

Par voie de conséquence, il a un besoin non identifié (peut être de tendresse, de connexion etc.) et il a identifié une stratégie vous faisant intervenir pour combler ce besoin. Ce dont il n’est pas conscient, c’est que pour combler ce besoin universel, des milliers voire des millions d’autres stratégies ne vous faisant pas intervenir seraient possibles.

Imaginez un peu la libération induite par une telle prise de conscience ! Peu à peu, alors que vous appliquez les préceptes de la CNV, vous réalisez que plus personne n’a le pouvoir de vous contraindre à vous nier pour combler ses besoins.

Tout à coup, chacun devient responsable de son propre monde intérieur, de ses émotions, de ses sentiments, et de ses besoins !

Une immense claque dans la figure

À vrai dire, l’adoption de ce nouvel art de vivre peut souvent s’apparenter à une immense claque dans la figure.

Car s’il nous permet certes de « capter » à la vitesse de l’éclair les exigences cachées et la violence des « requêtes » émises par nos interlocuteurs, il nous oblige également à prendre nos responsabilités à bras le corps.

Car si notre partenaire n’a plus l’obligation de répondre à nos besoins (rappelez-vous, mes besoins sont universels et il existe des milliers et des milliers de stratégies pour les assouvir), alors, nous sommes bien obligés de nous prendre en charge par nous-mêmes et de trouver par nous-mêmes les stratégies optimales visant notre bien-être.

Dans le cadre d’une relation d’emprise destructrice, la CNV peut même être une véritable bombe à retardement. Car très vite, le partenaire initié à la CNV prendra la mesure de toute la violence cachée de la relation, tout en prenant ses responsabilités pour répondre à ses besoins de respect, bienveillance, honnêteté.

Dans un tel contexte, libérée de l’espoir de voir son partenaire toxique répondre à ses besoins (celui-ci n’est qu’une stratégie… et pas très efficace du reste), la victime (qui ne le serait d’ailleurs plus pour très longtemps) pourrait poser les bonnes actions pour que ses besoins puissent être comblés de manière pérenne.

Dans tous les cas, la CNV est très loin d’être la doucereuse et gentillette méthode à laquelle son appellation pourrait laisser penser.

La CNV est bien plutôt une bombe redoutable permettant de faire sauter tout ce qui est mu par la peur, les automatismes et l’obscurité, une bombe permettant de faire voler en éclats toute forme de violence émotionnelle et mentale, pour remplacer tout ce bazar par des actes posés depuis l’énergie libre et non manipulable du cœur.

Tu peux également découvrir toute mon offre en cliquant ici.

Ta nouvelle vie commence par un tout petit pas...


Inscris-toi à ma lettre d'information et reçois:

  • mon programme vidéo intensif sur 4 jours pour cheminer vers la liberté et la guérison véritables
  • ma checklist inédite 
  • des vidéos et analyses qui te permettront d'élargir ton champ de conscience & de te créer la vie d'harmonie à laquelle tu aspires
  • des offres adaptées à ta situation

2 commentaires sur “2”

  1. Bonjour.
    Je n’avais pas fait le lien entre la cnv et le fait de sortir d’une relation toxique. J’ai prévu d’effectuer une formation sur la cnv mais à la base c’était pour mieux communiquer avec mes enfants. Merci pour cet vision que tu nous offres. Hassina

    1. Et oui, quand on commence à comprendre un peu plus finement les différents rouages de la CNV, on réalise qu’il s’agit d’une boite à outils super puissante pour pleins de domaines dans la vie 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *