Les 6 raisons pour lesquelles il est si difficile de sortir d’emprise

sortir d'emprise

Nous allons voir dans cette analyse pourquoi il est si difficile de sortir d’emprise pour les victimes de pervers narcissiques.

1-     Isolement de la victime

La première raison qui rend la sortie d’emprise très compliquée, c’est l’isolement de la victime.

En effet, lorsque la victime veut s’en aller, elle a souvent déjà été profondément isolée par son prédateur

Un pervers narcissique s’arrange toujours pour isoler sa proie dans la mesure où tout lien que sa proie maintient avec l’extérieur représente à ses yeux un grave danger. Par exemple, la victime pourrait être amenée à ouvrir les yeux au contact de ses bons amis ou de sa famille. Autre menace perçue par la personnalité manipulatrice : les amis et la famille de la victime pourraient lui apporter soutien et réconfort le jour où lui voudra la faire sombrer dans la folie. Donc à moins qu’il n’y trouve un intérêt quelconque, le pervers narcissique aura tendance à isoler sa victime.

Pas à pas, une petite affirmation après l’autre, il va conduire la victime a s’isoler de ses amis et de sa famille à travers des petites phrases à première vue anodines qui seront répétées sur une base régulière : « Ces gens te tirent vers le bas… Heureusement, moi, j’ai vu ta valeur et je vais t’aider à briller » …

Or, une fois que le vide a été fait autour de la victime, elle n’a plus d’appui solide à l’extérieur et la sortie d’emprise est forcément plus difficile.

Après une longue période d’emprise et d’isolement, le monde extérieur peut paraitre effrayant pour la victime.

2-     Attachements

Deux types d’attachements lient la victime au pervers narcissique : les attachements conscients et les attachements inconscients. Car en effet, une relation d’emprise s’apparente à une addiction forte. Ce qu’il faut savoir, c’est que la relation entre une victime et son oppresseur est une relation de codépendance qui est le théâtre d’un accord tacite

Si on devait rendre explicite l’accord qui se trame entre une victime et son oppresseur, il pourrait prendre ses termes :

« Je vais me sacrifier et me nier pour toi, je ferai passer ta volonté et tes désirs avant tous mes besoins. En échange, tu me donneras la sensation d’être aimée et d’être unique au monde. Comme je ne sais pas m’aimer suffisamment par moi-même, je vais avoir un besoin irrépressible de tes témoignages d’amour, et je serai prête à tout ce que tu voudras me faire endurer pour avoir encore cette sensation enivrante d’être aimée et unique au monde»

La victime a autant besoin de son prédateur dans ce lien toxique et dysfonctionnel qui s’apparente à une addiction dure.

Les efforts qu’il faudra déployer pour s’extirper de la relation seront donc du même acabit que les efforts qu’il faut consacrer pour s’extraire d’une addiction comme l’alcool ou le tabac.

a) les attachements conscients

Le pervers narcissique et la victime sont magnétiquement attirés l’un vers l’autre. Car ils sont chacun le miroir inversé de l’autre.

Tandis qu’elle a tendance à s’inscrire dans le désir des autres, lui est capable d’imposer ses désirs partout où il va.

Tandis qu’elle a tendance à se couler dans le moule pour coïncider avec ce que les autres attendent d’elle, le PN est sans foi ni loi, très sûr de lui, à l’aise avec l’esbrouffe et le mensonge.

Au final, la victime est comme fascinée par cet être qui s’autorise tout et qui plie tout le monde à sa volonté.

A l’inverse, le PN est subjugué par la joie de vivre, la fraicheur et l’innocence de la victime.

b) les attachements inconscients

La victime est sans même le savoir en quête d’un paradis perdu.

Au fond, elle cherche avec une candeur toute singulière la relation fusionnelle qui la ramènera au paradis en comblant tous ses manques à elles.

Comme la victime est en quête d’un paradis à l’extérieur d’elle-même, elle sera donc particulièrement sensible au discours plein de belles promesses qui caractéristique les débuts de la relation avec le pervers narcissique.

A travers la relation, la victime a la sensation de pouvoir retrouver ce paradis auquel elle aspire ardemment, ce paradis qui la rendra « complète » à travers un autre.

Or, Le pervers narcissique sait très bien utiliser ce désir inconscient de la victime pour la ferrer. Il lui promet monts et merveilles tout en imposant très rapidement une relation forte, intense, fusionnelle, qui ne laisse plus la place à qui que ce soit d’autre.

A ce sujet, Helène Vecchiali a écrit : « Dans la phase de séduction, le pervers identifie avec une précision démoniaque ce que sa victime désire » « le désir non identifié par la victime symbolise un manque indéfinissable, qui aspire à être comblé » C’est ce que Lacan nomme « L’objet a ». « Ce terme est la métaphore du paradis perdu, l’archétype de l’âge d’or, ce que nous laissons en quittant la petite enfance, ce dont nous gardons le regret sans trop pouvoir le définir avec certitude, cet objet manquant à jamais, qui aurait pu nous compléter, nous combler »

3-     Culpabilité

Le pervers narcissique a l’art de maintenir la victime dans un état de POC : « PEUR / OBLIGATION/CULPABILITE ».

Ainsi, le pervers manipulateur va distiller au moins une composante du POC à chaque fois que la victime souhaitera faire quelque chose qui correspond à un élan/un besoin en elle, afin de la soumettre à sa volonté à lui.

Or, il existe une catégorie de pervers narcissique particulièrement redoutable, ce sont ceux qui séduisent l’entourage de la victime pour ensuite l’utiliser contre elle. Ainsi, dès qu’elle osera sortir du cadre que lui impose le partenaire pervers, il saura stratégiquement utiliser les membres de son entourage pour la culpabiliser et la faire se sentir mal par rapport à sa décision.

Lorsqu’il manie cette tactique, la victime se retrouve face à une décision qui risque de l’isoler de sa propre famille au moment de la sortie d’emprise.

4-     Croyances erronées

Si le pervers narcissique a bien une « qualité », c’est celle de pouvoir rallier son auditoire à sa vision des choses. En fait, il possède un talent qui relève de l’hypnose.

A force de répéter les choses avec conviction et assurance, il finira peu à peu par brouiller complètement l’esprit de sa proie jusqu’à opérer un « lavage de cerveau » pur et simple sur elle.

Parmi les nombreux messages fallacieux transmis, le pervers narcissique ne manquera pas de répéter à sa proie qu’il est le seul à pouvoir l’aimer comme il l’aime et que celle-ci n’est rien sans lui. Petit à petit, la victime va intégrer toutes ses croyances et va finir par être convaincue que seul son oppresseur est fait pour elle.

Dans les croyances erronées, il y aura également toutes ces croyances que va distiller le prédateur auprès de sa victime, pour lui prouver qu’elle ne va pas bien, qu’elle n’a pas toute sa tête, qu’il faudrait qu’elle consulte un psychiatre etc.

Or, ce genre d’affirmations lancées avec beaucoup de conviction par le prédateur pourront s’intensifier lorsque la victime tentera de s’échapper d’emprise, ce qui sera extrêmement déstabilisant pour elle.

5-     Peur

« Méfie-toi, parce que si je voulais… » Voilà une petite affirmation typique d’un pervers narcissique qui va ensemencer la peur auprès de la victime.

Il saura au cours de la relation distiller suffisamment de messages de ce tonneau pour que la victime soit comme paralysée par la peur au moment où elle voudra sortir d’emprise.

Les victimes ont souvent très peur de la réaction de leur oppresseur avant l’annonce de leur souhait de sortir d’emprise. Cette peur est d’ailleurs saine, c’est un signal qu’il faut prendre sérieusement en compte, afin de mettre en œuvre le dispositif de protection adéquat avant l’annonce.

En effet, certains pervers narcissiques, notamment les pervers narcissiques au profil paranoïaque, peuvent avoir des accès de folie lorsque la victime décide de se libérer de ses chaînes.

C’est pour ça qu’une sortie d’emprise n’est pas une rupture comme les autres. C’est une rupture très singulière qu’il faut particulièrement préparer en amont, afin d’éviter les conséquences de la réaction du partenaire pervers.

A côté de cette peur des représailles, il pourra y avoir des peurs matérielles au moment de la sortie d’emprise : « Comment vais-je faire face matériellement ? Où vais-je pouvoir me réfugier etc. »

Une des autres peurs de la victime, c’est de faire face à l’isolement que le pervers a lui-même provoqué (et évoqué un peu plus haut dans l’article). La victime est en général extrêmement affaiblie et isolée lorsqu’elle décide de partir. Elle a souvent atteint un point de non-retour qui fait qu’elle est dans un état de délabrement physique, mental et émotionnel. Dans ce contexte, la perspective de la solitude peut effrayer la victime.

6-     Refus du pervers narcissique de laisser partir sa proie

Lorsque sa proie voudra partir, le pervers narcissique se livrera à une lutte acharnée pour l’empêcher de retrouver la liberté. Le manipulateur pervers fera absolument tout ce qu’il pourra faire pour la faire plier et la faire renoncer à sa décision.

Il y aura bien évidemment la stratégie qu’on appelle communément le « love bombing ». Ici, le pervers narcissique se transforme subitement en Prince charmant. Il jure ses grands dieux que plus jamais, il ne sera violent et irrespectueux. Il est subitement prêt à tout pour reconquérir le cœur de sa proie.

Et puis, si le love bombing ne marche pas, il adoptera les vieilles techniques bien rôdées qu’il sait si bien manier : menace de punition, intimidation, chantage, campagne de dénigrement, culpabilisation etc.

Au final, quelle que soit la stratégie employée, love bombing, attitudes agressives et menaçantes ou culpabilisation, le but sera toujours le même : TE SOUMETTRE A SA VOLONTE A LUI !

Conclusion

Nous venons de voir que quitter un partenaire pervers est particulièrement délicat. Cependant, et malgré la difficulté que peut présenter le processus de sortie d’emprise, il est vital de s’extirper rapidement de la relation.

Car quand tu es dans un état constant de stress et que tu luttes sans arrêt entre « la lutte ou la fuite », les conséquences sont à la fois négatives pour ta santé psychologique et physique.

Le stress endommage l’ADN. Selon certaines analyses, ce stress pourrait te coûter jusqu’à 8 ans de vie car il te prédispose à développer des maladies graves telles que le cancer.

C’est parce qu’il est à la fois vital et très complexe de quitter un pervers narcissique que j’ai créé trois ressources inédites que je t’invite à découvrir plus en avant :

Rejoins le mouvement !

Inscris-toi à la Lettre d'Information et reçois un programme vidéo gratuit sur 4 jours pour cheminer vers la guérison et la liberté

envelope

6 commentaires sur “6”

  1. Je suis tout a fait d’accord avec se que vous venez de décrire je suis en plein séparation après 17ans de vie avec un pn et 4 enfants.je pense que ma situation est encore très compliqué on est encore sous le même toit depuis 10 mois (chambre à part) mais je suis passé par toutes les étapes que vous venez de siter .il n’accepte pas mon départ et essaye par tout les moyens de me faire douté culpabiliser ……je ne sais pas comment je fais pour tenir le coup ( surtout sous le même toit).mais j’ai le soutien de toute a familles qui est heureuse suis j’ai pû me réveiller et de rebondir après tant d’années de soumission. Je vous remercie pour tout les conseils que je lis avec beaucoup de d’attention.

    1. Bonjour Yasmina! Vous avez fait un très grand pas, car vous vous êtes éveillée. C’est une étape fondamentale et vous l’avez franchie. N’hesitez pas à aller voir ma vidéo « les 5 différentes étapes du deuil » sur YouTube, car elle décrit précisément les grandes phases allant de la prise de conscience à l’acceptation.
      Bien à vous

      1. Le plus dur pour moi c’est la culpabilité vis-à-vis de mes enfants le faite de vouloir partir et chamboulé tout leurs repères….je me bats tout les jours pour essayer de me convaincre que j’ai fait le bon choix pour moi et pour eux aussi.

        1. Je peux vous assurer que vous leur rendez bien plus service en sortant des griffes d’un prédateur. Evidemment, ils vont être chamboulés au début, c’est normal. Mais c’est un mal pour un bien, car ils auront alors l’image d’une maman forte, prête à secouer les choses pour imposer le respect de sa personne. Sachez que ce que vous allez entreprendre pour retrouver votre liberté restera gravé dans leur coeur. Par votre action, vous aller ouvrir un chemin pour eux. Ils seront alors eux aussi capables de l’emprunter si un jour ils devaient subir des mauvais traitements. Les efforts que vous déployez pour sortir d’emprise, c’est finalement un cadeau que vous faites à vos enfants. Ce cadeau pourrait se résumer en ces quelques mots « regarde mon enfant, je me suis autorisée à quitter une situation abominable. Cette autorisation que je me suis donnée, je te la transmets en cadeau, pour toi, pour ton avenir, si tu devais toi aussi traverser un tel enfer ».

  2. Cet article est tout à fait juste!! L’emprise, l’attachement, les attentes, c’est la pire des addictions!! Je ne sais pas si j’aurais pu conscientiser tout cela sans être tombé dans les griffes d’un pervers narcissique… aujourd’hui je suis divorcée mais il subsiste encore en moi beaucoup de peurs. Je crois que le pire en sortant d’ une telle relation et que l’on ne peut plus faire confiance à qui que ce soit.. heureusement que je suis accompagnée car les agissements du pervers narcissique vous broient littéralement!! Vous avez l’impression de n’être plus rien de n’avoir plus de désir pas d’avenir pas d’identité. Au jour d’aujourd’hui je ne sais pas s’il reste de ma vie sera suffisant pour me reconstruire entièrement… j’ai très envie de recevoir Votre méditation offerte.. et je vous renouvelle ma gratitude pour vos articles si justes! Bien sûr je ne peux pas ni ne souhaite pas les lire tous d’un coup car cela me replonge dans des souvenirs de situations négatives… pas à pas c’est le principe de la reconstruction et vos articles accompagnent toutes les victimes à merveille sur ce chemin. À très bientôt et encore un grand merci pour votre travail💕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *