Pourquoi la pensée positive New Age me gave grave ?

pensee positive new age

Nota Bene: suite à un problème technique, cet article a été retiré de mon Blog puis a fait l’objet d’une seconde publication à travers ce billet. Entre ces deux publications, j’ai tenté de le partager par ailleurs, mais cela n’a pas pu se concrétiser.

Introduction

Comme tu le sais peut-être déjà, j’ai deux domaines d’expertise : l’éveil et la perversion.

Car aussi curieux que cela puisse paraitre de l’extérieur, il y a de nombreux points de jonction entre ces deux thématiques a priori parfaitement opposées (pour plus d’info sur ce sujet, je t’invite à consulter la vidéo YouTube ci-dessous).

Sauf que cette double-spécialité me conduit à me heurter à une difficulté récurrente, et cette difficulté est directement liée à ce que j’appelle « la pensée positive new ageuse ».

Plus spécifiquement, j’ai constaté un phénomène troublant que je souhaiterais partager avec toi.

A chaque fois que je propose un article invité auprès d’un blog tournant sur des thématiques liées à l’éveil, je reçois une réponse négative. La réponse qui m’est offerte est systématiquement la même : « tu parles de sujets négatifs. Nous, on veut parler de sujets positifs. »

Pire, j’ai même vu des « artisans de lumière » refuser catégoriquement de regarder des photos comme celle-ci, parce que cela les conduisait à avoir un moins bon taux vibratoire (sous-entendu : « je vais attirer moins d’abondance dans ma vie si je regarde cette photo»)

A chaque fois, j’avoue, je ressens beaucoup d’incompréhension voire même de la colère.

Tous ces blogs affichent pourtant des objectifs ambitieux comme « transformer l’énergie de la terre», « métamorphoser notre monde», « rétablir la paix sur la planète».

Sauf que ces mêmes blogs se contentent généralement de parler du positionnement des astres, de l’alignement à venir des étoiles, des archanges et d’autres entités célestes.

Personnellement, je n’ai strictement rien contre ce type de thématiques.

Cependant, il me semble qu’on ne peut pas espérer transformer notre monde sans plonger à l’intérieur de ses ténèbres.

Parler d’amour inconditionnel, d’archanges, de fées, de gnomes et de lutins est bien mignon, mais ce n’est pas cela qui transformera notre monde actuel.

Non.

Pour métamorphoser notre monde, il va nous falloir braquer le projecteur sur toutes ses zones d’ombres, il va nous falloir les conscientiser, profondément.

Pour guérir notre planète, il va falloir comprendre finement tous les dysfonctionnements du système et toute la toxicité qu’il recèle.

Et seulement après, et je dis bien seulement après, on pourra espérer transformer en profondeur cette terre très malade qui est la nôtre.

Tant que nous regarderons béatement les anges et les archanges, tant que nous refuserons de conscientiser viscéralement tous les dysfonctionnements de notre monde, alors, aucune transformation n’est envisageable.

Pourquoi la transformation de notre terre doit-elle passer par une conscientisation de sa noirceur ?

Ici, j’aimerais faire un parallèle entre le microcosme qui est l’individu et le macrocosme qui est la terre.

Sur le plan individuel, le voyage qui mène à l’éveil passe toujours par un dévoilement de toutes ses zones d’ombres.

Et pour t’en convaincre, je vais te partager deux citations très parlantes du grand psychiatre Suisse Carl Gustav Jung :

Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Ce travail est souvent désagréable donc impopulaire 

Carl Gustav Jung

Qui regarde à l’extérieur rêve. Qui regarde à l’intérieur s’éveille

Carl Gustav Jung

Comme l’expliquait très bien Carl Gustav Jung, le but de la vie n’est pas la perfection mais la plénitude.

Or, justement, la plénitude, c’est le fait d’avoir fait la paix avec le maximum de ses zones d’ombre, ces facettes de nous-mêmes tellement insupportables que nous avions besoin de les projeter sur les autres pour ne pas avoir à les affronter.

Car plus nous conscientisons ces facettes de nous-mêmes, plus nous devenons « pleins et entiers » et plus nous sommes alors capables d’avoir une relation apaisée au monde.

Plus spécifiquement, à partir du moment où nous conscientisons et accueillons avec bienveillance une zone d’ombre, nous n’avons plus besoin de la projeter sur des tiers et le monde en général.

Et d’ailleurs, Gandhi disait lui-même : « le plus grand des voyageurs n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour de la terre mais une seule fois le tour de lui-même».

En d’autres termes, le plus grand des voyageurs, c’est celui qui a osé affronter avec courage sa propre noirceur, c’est celui qui a osé plonger à l’intérieur de son obscurité, c’est celui qui a osé s’accueillir pleinement tel qu’il est viscéralement.

Et comment on fait au niveau du macrocosme ?

Sur le plan du macrocosme, c’est EXACTEMENT la même chose !

Si nous souhaitons un éveil planétaire, il va falloir déterrer tout le bordel, tous les dysfonctionnements, et toute la toxicité du système.

Ainsi, ce n’est pas en regardant le ciel, l’alignement de tel ou tel astre, et les lueurs bleutées que laisseraient les archanges dans leur sillage que nous allons éveiller notre planète.

Je ne dis pas que toutes ces pratiques sont inutiles. Je dis juste qu’elles sont périphériques.

En fait, tout comme pour un individu qui doit plonger à l’intérieur de son obscurité pour s’éveiller, il va falloir plonger les mains dans la crasse de notre terre-mèreouvrir grand les yeux sur tous les désastres humains, sociaux, culturels, politiques, écologiques et économiques, pour pouvoir transformer notre monde.

Mais comment envisager cette conscientisation pour espérer éveiller la terre ?

En fait, pour éveiller notre terre, il va nous falloir deux ingrédients majeurs.

Et ces deux ingrédients, ce sont la conscience et l’amour.

Or, la conscience se divise en 2 sous-parties :

  • La conscience à un niveau micro, c’est-à-dire individuel. Il s’agit ici d’avoir de plus en plus d’individus ayant cheminé le plus loin possible à l’intérieur d’eux-mêmes, ayant déterré le plus de facettes sombres possibles au fond d’eux-mêmes.
  • La conscience à un niveau macroscopique, c’est-à-dire planétaire. Il s’agit ici d’avoir de plus en plus d’individus ayant eu le courage de conscientiser et de dévoiler toute la noirceur de la terre. Certains de ces individus dévoileront les graves dysfonctionnements écologiques, d’autres dévoileront les dégâts économiques, d’autres braqueront le projecteur sur les désastres alimentaires, d’autres encore décriront les problématiques liées à nos conditionnements sociaux etc. Selon les affinités, les dons, les talents, les missions de vie de chacun, ces individus engagés trouveront « l’ombre planétaire » à éclairer courageusement à travers le champ de leur conscience.

Le second ingrédient de l’éveil de cette planète, c’est l’amour.

Forcément, il s’agit clairement de quelque chose de très délicat.

Car rester dans l’énergie de l’amour lorsqu’on va plonger nos mains au fin fond de la crasse qui s’est dangereusement accumulée sur la terre, et bien c’est pas facile.

Sauf qu’on ne peut pas espérer transformer notre terre depuis une énergie de guerre.

En fait, comme le disent si bien les américains, « like attracts like» et la guerre ne peut attirer que la guerre.

Le but ici, c’est de porter le projecteur sur les dysfonctionnements de la terre, mais depuis une énergie d’amour.

En fait, il s’agit de la même énergie d’accueil que celle qui est à l’œuvre lorsqu’un individu porte avec bienveillance sa conscience sur une de ses ombres.

Cependant, j’aimerais souligner que cette énergie d’amour n’empêche pas de poser des actions pour changer la situation, bien au contraire.

Sauf que ces actions seront alors posées depuis l’élan de notre cœur plutôt que depuis une énergie de haine et de rage.

Or, c’est justement en adoptant cette posture qu’on maximise fortement nos chances de pouvoir faire aboutir positivement nos actions.

Comme l’expliquait Katie Byron, un militant de Greenpeace qui fait valoir ses positions auprès d’un industriel pollueur a largement plus de chances d’être entendu s’il le fait depuis l’énergie de son cœur que s’il le fait depuis une énergie de guerre.

Conclusion

La philosophie newage est selon moi très dangereuse, car elle nous conduit à regarder à l’extérieur de nous-mêmes (i.e. les astres, les anges, les archanges, les gnomes, les fées et les lutins etc.). Au final, cette approche n’est rien de plus qu’une nouvelle religion qui nous évite de plonger au fin fond de l’obscurité individuelle et planétaire.

Malheureusement, si nous voulons sauver cette terre, il va falloir faire preuve de courage.

Plus précisément, nous allons devoir :

  1. plonger au fin fond de la misère planétaire en adoptant le double positionnement « AMOUR + CONSCIENCE» 
  2. plonger à l’intérieur de soi-même en adoptant une fois encore ce double positionnement « AMOUR + CONSCIENCE» 
  3. poser des actions éclairées depuis l’énergie du cœur, pour transmuter toutes ces ombres qui se sont accumulées sur la surface de la terre et en chacun de nous.

Et bien sûr, à côté de ça (et je dis bien « à côté de ça»), nous pourrons continuer à regarder l’alignement des planètes, communiquer avec notre archange, parler aux fées et chercher des gnomes et des lutins en forêt 😊

Rejoins le mouvement !

Inscris-toi à la Lettre d'Information et reçois un programme vidéo gratuit sur 4 jours pour cheminer vers la guérison et la liberté

envelope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *