Les 8 caractéristiques redoutables des pervers narcissiques

Je vais te présenter ici les 8 caractéristiques des pervers narcissiques ainsi que les conséquences très lourdes de ces caractéristiques sur les victimes. Pour ton information, je me suis inspirée du livre de Jean-Charles Bouchoux « Les pervers narcissiques » pour écrire cet article.

1-     Identification projective

La première caractéristique, c’est l’identification projective. Ici, le pervers projette sur sa victime tout ce qu’il ne peut pas voir chez lui, par exemple la folie, la jalousie, la paranoïa, la méchanceté etc.

Il pourra également projeter sur sa proie ses propres mauvaises intentions : « tu veux me broyer ! », « tu veux me faire souffrir ! » etc.

Sache qu’un pervers narcissique est incapable de cheminer à l’intérieur de lui-même et de faire face à ses zones d’ombre. Il a donc un besoin viscéral de les exporter sur autrui, afin de ne pas avoir à les affronter.

L’identification projective est une stratégie systématiquement employée par le pervers narcissique pour se tenir à l’abris de sa propre obscurité.

2-     Confusion

La seconde caractéristique des pervers manipulateurs, c’est la confusion. Ici, l’individu malfaisant détourne de leur sens les propos de la victime. Il pourra également perdre la victime dans un dédale d’informations contradictoires.

Une des techniques très prisées des pervers narcissiques, c’est l’injonction paradoxale. A travers cette stratégie, quoi que tu fasses, cela finira par se retourner contre toi. Typiquement, le pervers narcissique pourra te demander : « Tu souhaites que je te prépare un petit plat pour ce soir, non ? ». Si tu réponds « oui », il te fera comprendre que tu lui donnes un sacré travail alors qu’il est très fatigué. Si tu réponds « non », il simulera l’offense car tu te permets de ne pas accepter l’offre qu’il t’a faite. Au final, quoi que tu fasses, tu es cuit.

Ce qui est intéressant de constater, c’est que -étymologiquement- confusion signifie « rester en fusion avec ». Or, c’est exactement ce que souhaite le pervers narcissique : t’embrouiller suffisamment, t’engluer complètement à lui, afin que tu sois comme fusionné à lui et à sa vision complètement déformée de la réalité. Or, lorsque tu es embrouillé, englué, fusionné à lui, tu ne te poses pas en sujet. Un sujet est libre et réfléchit par lui-même. Le pervers narcissique ne veut surtout pas que tu sois capable de te positionner en sujet libre qui réfléchit par lui-même.

Dit autrement, la stratégie de la confusion est utilisée par ton oppresseur pour t’aliéner et te garder sous son joug.  

3-     Dévalorisations :

Ici, le prédateur déniera la victime, sa valeur et ses efforts. Peu à peu, ces dévalorisations rongeront la confiance de la victime qui finira par douter complètement d’elle-même, de ses qualités et de ses atouts.

Ces dévalorisations continues peuvent aller jusqu’à l’utilisation de la technique du gazlighting. A travers cette stratégie, le prédateur remet systématiquement en question les convictions, perceptions et ressentis de la victime afin de la plonger dans le désarroi.

Typiquement, le pervers narcissique pourra lancer à sa proie des remarques telles que : « mais tu es fou/folle ! », « tu m’inquiètes ! », « Tu perds la raison ! », « Tu débloques ! », « Tu dérailles », « Tu as un problème d’hormones en ce moment ? »…

Peu à peu, la victime finira par douter complètement d’elle-même, de ses ressentis et de ses émotions.

Et malheureusement, la descente en enfer pourra aller jusqu’à la sensation terrifiante de devenir complétement fou/folle.

Car en effet, à force d’entendre qu’elle est « fou/folle », que ses ressentis sont « délirants » et que tout ce qu’elle fait n’a aucune valeur, la victime peut finir par perdre complètement pied.

4-      Séduction :

Après avoir soufflé le froid, le pervers souffle le chaud pour embrouiller la victime : cadeaux, flatteries, compliments, déclarations main sur le cœur…

Et c’est cela qui est terrible avec les pervers narcissiques parce que ce n’est jamais à 100% tout noir. Ils savent très bien activer le levier de la séduction pour embrouiller la victime et lui faire perdre accès à la vérité.

A un moment, une dichotomie apparait entre ce que la victime voit et entend, et ce qu’elle perçoit dans les tréfonds de son âme.

Il y aura comme un dialogue interne épuisant entre le mental qui dira : « mais regarde, tout va bien, tu te prends la tête pour rien, la preuve, cette personne vient d’être gentille ! » et l’âme qui s’exprimera à travers des symptômes corporels extrêmement désagréables (sensation de suffoquer, eczéma, maux de têtes, maux d’estomacs, maladies, etc.)

Plus la victime se rapprochera de la vérité perçue par son âme, moins ces « gentillesses » auront de pouvoir sur elle, et moins ces manœuvres pourront la déstabiliser.

5-     Intimidation :

La cinquième caractéristique, c’est l’intimidation. Ici, le pervers adopte un comportement menaçant pour susciter la peur auprès de sa victime de manière à ce qu’elle finisse par se nier et nier ce qui est pourtant important pour elle.

6-     Isolement :

Le pervers isole sa victime en contrôlant ce qu’elle fait, qui elle voit, ce qu’elle lit etc. Cet isolement se fera insidieusement, lentement, ce qui fait que la victime ne se rendra même pas compte du processus à l’œuvre.

Peu à peu, celle-ci s’éloignera de ses bons amis et de sa propre famille pour ne plus avoir à subir les revers de bâtons de la part du prédateur (crise de jalousie, interrogatoires épuisants, remarques acerbes etc.)

Ce qu’il faut savoir, c’est que cet isolement revêt trois intérêts clés pour le pervers narcissique :

  • Il permet d’éviter qu’un tiers ouvre les yeux de la victime. En effet, celle-ci pourrait être amenée à comprendre qu’il y a un souci chez son partenaire au contact de ses bons amis et de sa famille,
  • Il permet d’éviter que la victime puisse trouver du réconfort auprès de ceux qu’elle aime le jour où lui -le pervers narcissique- tentera de la faire sombrer dans la folie,
  •  Il permet de faire le vide et donc de fragiliser la victime pour qu’elle n’ait plus suffisamment d’appuis extérieur le jour où elle voudra prendre la fuite.

7-     Mensonges et mauvaise foi :

Ici, le pervers nie ce qu’il a dit ou ce qu’il a fait à la victime. Il pourra également assaillir la victime de fausses accusations.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le pervers narcissique est très à l’aise avec le mensonge. Un pervers accompli mentira comme il respire.

D’ailleurs, le pervers est tellement à l’aise avec le mensonge qu’il est extrêmement crédible dans ses duperies. Souvent, le pervers narcissique qui ne fait que broder un tissu de mensonges est même plus crédible que la victime qui dit pourtant la vérité mais dont l’état intérieur ressemble à un tsunami prêt à exploser.

Tandis que la victime sera en proie à des émotions débordantes, le pervers lui restera calme, posé… et donc beaucoup plus crédible.

8 – Culpabilisation :

La huitième caractéristique des pervers narcissiques, c’est la culpabilisation. La culpabilité sera en effet utilisée comme un levier de soumission très puissant par les personnalités malfaisantes.

Et justement, les victimes de pervers narcissiques se distinguent souvent par une forte propension à la culpabilisation. Elles ont une aversion intrinsèque pour la souffrance chez l’autre, ce qui les conduira à se contorsionner en continu pour ne pas déranger, pour ne pas « froisser », et pour ne pas engendrer la moindre douleur chez l’autre.

Le pervers perçoit très bien cette faille chez la victime et l’utilisera régulièrement pour la museler et l’inféoder à sa volonté : « Me dire ça après tout ce que j’ai fait pour toi ! », « Comment oses-tu agir de cette façon ?! »

L’apothéose sera atteinte lorsque le pervers narcissique utilisera le chantage au suicide pour culpabiliser sa proie. Grâce à ce petit stratagème, il pourra obtenir ce qu’il souhaite de cette dernière.

Dans un tel cas de figure, il est important que la victime sache qu’elle n’est nullement responsable des émotions et du monde intérieur de son oppresseur. Celui-ci a bien le droit de se sentir « comme-ci » ou « comme-ça » et même de vouloir se suicider. Au final, tout cela lui appartient à lui et à lui seul.

Pour éviter que le pervers narcissique finisse par employer cette menace comme une arme de soumission vis-à-vis de la victime, celle-ci peut tout à fait lui dire : « tu as bien le droit de vouloir te suicider. Sache en tout cas que cela t’appartient, que tu es entièrement responsable de ta décision et que je n’ai pas la moindre intention de culpabiliser pour cela. »

En général, le simple fait d’expliciter cette intention conduit le pervers narcissique à ne plus utiliser le chantage au suicide comme levier de soumission sur sa proie.

Mais quelles sont les conséquences du pervers narcissique sur la victime ?

 Stade 1 : Confusion mentale & Incapacité à réfléchir

Comme je l’expliquait précédemment, le pervers narcissique vise expressément la confusion auprès de sa victime, afin que celle-ci reste fusionnée à lui et qu’elle ne puisse pas se positionner en sujet libre qui réfléchit par lui-même.

Stade 2 : Maladie, Dépression, Paranoïa, Dépersonnalisation, Violence

Comme le disait Carl Gustav Jung : « Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime ». Tout ce que la victime gardera pour elle, tout ce qu’elle accumulera mois après mois, année après année, finira par s’imprimer dans son corps sous la forme de maladies, dépression et burnout plus ou moins graves. Je suis intimement convaincue que rester avec un pervers narcissique sur une longue période finit toujours par avoir des incidences sur le corps. Le corps jouera alors un peu le rôle d’une sonnette d’alarme, comme s’il voulait alerter la victime du danger : « réveille-toi bon sang !!! Fais quelque chose ! Ne reste pas dans cette situation ! »

A côté de la maladie, la victime pourra également sombrer dans la paranoïa. Lorsque nous interagissons avec une personnalité qui ment comme elle respire, nous sommes comme dans des sables mouvants. Rien de ce qui parait vrai ne l’est, tout ce qui est affirmé avec conviction finit par s’avérer faux. Dans ce contexte, la victime finit par ne plus rien croire du tout et par s’imaginer le pire dans une espèce de confusion mentale terrorisante. Quoi qu’il en soit, la victime n’a pas à culpabiliser pour cette paranoïa qui est juste NORMALE compte tenu de l’environnement dans lequel elle baigne. En effet, il est sain, normal et raisonnable d’avoir un problème de confiance avec des individus qui ont un problème avec la vérité….

Dernier élément, c’est la violence. En effet, à force de voir ses propres frontières piétinées, à force de ne jamais être entendue ni respectée, la victime peut se mettre à vriller complètement et à devenir violente pour imposer le respect de sa personne. Cette violence sera purement conjoncturelle et sera liée aux nombreuses agressions endurées dans le contexte de la relation abusive.

Stade 3 : Tentative de suicide, Folie

Le stade 3 est le plus redoutable car il s’agit de la folie et de la tentative de suicide.

Un pervers accompli n’aura qu’un objectif : faire sombrer sa victime dans ce stade 3. Il se livrera à ce que les experts appellent « l’effort pour rendre l’autre fou ». En exportant sa propre folie sur sa victime, il se tiendra à l’abris de sa propre folie.

Progressivement, microviolence psychique après microviolence psychique, la victime finira par être sommée de devenir folle à la place de son prédateur.

Car lorsque celle-ci finira par devenir complètement folle ou se suicider, celui-ci pourra se positionner en miroir inversé de sa victime.

Quelque part, si celle-ci est folle ou s’est suicidée, c’est que lui, le pervers narcissique, est parfaitement sain.

Conclusion

Comme tu peux t’en douter, la meilleure solution face à un pervers narcissique, c’est la fuite.

Fuis, cours à toute jambes pour te protéger de ces individus d’une grande dangerosité !

Et pour t’aider dans ce cheminement, je te propose trois différents outils :

Ta nouvelle vie commence par un tout petit pas...


Inscris-toi à ma lettre d'information et reçois:

  • mon programme vidéo intensif sur 4 jours pour cheminer vers la liberté et la guérison véritables
  • ma checklist inédite pour savoir si la personne en face de toi est véritablement malfaisante
  • des vidéos et analyses qui te permettront d'élargir ton champ de conscience & de te créer la vie d'harmonie à laquelle tu aspires
  • des offres adaptées à ta situation

8 commentaires sur “8”

  1. Tout ce qui est décrit dans ces caractéristiques est ce que je subis durant 15 annees de mariage et meme plus car nous nous sommes frequentés plusieurs années avant de nous marier.
    Nous sommes actuellement en instance de divorce. La procédure est très lente et il m’arrive encore de me culpabiliser quelquefois. Nous sommes « autorisés » à avoir des résidences séparées mais il refuse de partir alors que la maison que nous habitons est un héritage laissé par mes parents. Il joue sur les mots disant que « autoriser » ne signifie pas « ordonner ».
    Il faudrait peut-être aussi insister sur le fait qu’un pervers narcissique est un individu redoutablement matérialiste et ne recule devant rien pour garder ses profits.
    En tout cas, il était tellement sûr de son emprise sur moi qu’il pensait que je n’oserai jamais demander le divorce dont il me menaçait il y a quelques mois.
    J’espère et je prie pour réussir à tenir bon jusqu’au bout.

  2. Vous mettez en lumière tout ce que j’ai vécu et que je subis encore depuis presque 15 ans. J’ai demandé le divorce récemment et la procédure s’annonce difficile. Il est effectivement procédurier (tout est négocié jusqu’aux petites cuillères), se sent tout puissant, au dessus des lois et croit en ses mensonges.
    Les agressions verbales fusent aussi immatures que les paroles d’un enfant de maternelle, son seul but étant de me blesser, de se décharger et surtout me rendre coupable des dysfonctionnements qui ont fait germés cette séparation.

    La séparation a décuplé les chauds/froids dans notre relation et comme je me détache (par protection) il est de plus en plus désagréable et provoquant. Dès qu’il se lève il chante très fort ou siffle, en arborant un visage sombre…

    Je suis en vie un peu plus chaque jour et grâce à vos vidéos, les lectures je me sens plus documentée sur le PN, la relation toxique. Vous m’avez permis d’ouvrir les yeux et surtout d’être en harmonie avec moi. Merci

  3. « Le » , « le » , « le » … Je suis un homme, et je me retrouve dans beaucoup de commentaires, surtout face au divorce.

    Seulement … je suis un homme …

    1. Merci Arca pour votre retour. C’est vrai, je suis souvent ennuyée moi même dans la rédaction de mes articles. Par facilité, j’emploie fréquemment le terme « pervers narcissique » qui est au masculin. Sachez en tout cas que mes articles concernent autant les pervers femmes qu’hommes.
      Bien à vous

  4. Très chère Cosima,
    C’est mon premier retour. Tout ça c’est dingue. Et dire que j’étais berné depuis 2000. Année depuis laquelle j’ai vécu toute sorte de manipulation et de dépersonnalisation. Année depuis laquelle je n’ai jamais lu ou entendu parlé des PN ! Depuis que je suis tombé sur le premier article sur les PN, je m’y suis retrouvé et mon embarras s’est transformé en lumière. J’ai 4 enfants et je vis encore dans la même situation : je n’ai pas le choix. Mais j’ai commencé le no-contact et grâce a vos éclaircissements je pense être sur la bonne voie : la situation la moins douleureuse possible pour moi et mes enfants. ca doit toucher le plus large public possible … C est très important. Les victimes doivent savoir de quoi il s agit au juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *