Pourquoi la dépendance affective nous conduit droit dans la gueule de pervers narcissiques ?

Dans son livre « vaincre la codependance » Melody Beattie explique que les conjoints d’alcoolique et de drogués sont quasiment toujours codependants.

D’ailleurs, aux États Unis, les partenaires d’alcooliques et de drogués sont systématiquement dirigés vers l’association AI-Anon qui applique les 12 étapes des alcooliques anonymes afin de dissoudre un schéma intérieur basé sur la dépendance.

Le concept ici, c’est que toute personne vivant avec une personnalité dépendante (à l’alcool, à la drogue, aux jeux, au sexe, au travail etc.) est elle-même dépendante (ou le devient au contact dudit partenaire). On parle alors de codependance affective. D’ailleurs, comme il est écrit dans le livre de Melodie Beattie: « être codépendant, c’est être partenaire de la dépendance d’autrui ».

Plus loin, elle pose la définition suivante: « l’individu codependant est celui qui s’est laissé affecter par le comportement d’un autre individu, et qui se fait une obsession de contrôler le comportement de cette autre personne. »

Or, selon moi, ce constat s’applique tout aussi bien aux victimes de pervers narcissiques.

D’ailleurs, en tant que victime ou ancienne victime de pervers narcissiques, si vous analysez votre histoire familiale, je suis sure que vous y trouverez un bon lot d’alcooliques, de manipulateurs, de victimes de pervers narcissiques, de dépendants affectifs, de bourreaux du travail, d’obsédés sexuels, de boulimiques, d’anorexiques, de dépendant aux jeux et peut-être même de drogués.

Car la dépendance est une histoire familiale, un fardeau qu’on se transmet de générations en générations, jusqu’à ce qu’un maillon de la chaîne se réveille et brise le fonctionnement ancré dans la généalogie familiale.

Car en réalité, chacune de ces personnalités est dépendante vis à vis de l’objet de son désir :

  • L’alcoolique dépend de son alcool
  • Le drogué dépend de sa drogue
  • Le boulimique dépend de sa dose de nourriture 
  • L’anorexique dépend de privation de nourriture 
  • Le bourreau du travail dépend de son travail
  • L’obsédé sexuel dépend de sexe et de pornographie 
  • Le pervers narcissique dépend de sa proie (d’ailleurs, à ce sujet, les américains parlent de « narcissist supply » pour évoquer la notion de nourriture vitale que représente la victime pour le pervers narcissique)
  • Le conjoint d’un pervers narcissique/alcoolique/drogué/obsédé sexuel dépend du besoin de changer / sauver son partenaire / être aimé par son partenaire

Au final, toutes ces personnes sont profondément dépendantes, même si leur dépendance se joue à différents niveaux et portent sur des objets différents.

Évidemment, la dépendance ne traverse pas seulement la généalogie familiale de la victime de pervers narcissique mais également sa propre histoire personnelle.

Car finalement, souvent, sa vie sentimentale n’est qu’une succession d’histoires basées sur la dépendance. En général, elle multiplie les relations avec les personnalités perverses, les dépendants affectifs, les alcooliques et/ou les drogués et autres dépendants. Et eux-mêmes ont des histoires familiales traversée par la dépendance.

Similarités victimes d’alcoolique / victimes de pervers narcissiques

Pour continuer cette démonstration, je te propose d’analyser les similitudes extrêmement troublantes à l’œuvre entre les codependants décrits dans le livre de Melody Beattie et les caractéristiques des victimes de pervers narcissiques:

  • Veulent sauver l’autre
  • Se surinvestissent dans la relation au point de se sentir responsable des autres, de leurs sentiments, de leur bien-être, de leur mal-être 
  • Disent oui quand ils voudraient dire non
  • Ont une estime basse d’eux-mêmes (se dévalorisent souvent, refusent les compliments etc.)
  • Sont facilement rongées par la culpabilité, notamment lorsque leur partenaire ne va pas bien
  • Ont tendance à s’inquiéter de manière parfois obsessionnelles des problèmes dans la vie de leur entourage 
  • Ne savent pas écouter leurs propres besoins et estiment que ce qu’ils veulent et souhaitent n’a pas beaucoup d’importance 
  • Ont beaucoup plus de facilité à s’occuper des autres que d’eux-mêmes
  • Peuvent donner jusqu’à épuisement le plus total, car ils ne sont pas conscientes de leurs propres limites 
  • Sont très attachée à l’image qu’ils renvoient et à l’approbation venant de l’extérieur (ex: être une bonne épouse, être un bon mari etc.)
  • Souhaitent contrôler toute situation qui leur échappe (difficulté à « lâcher prise » et à « se détacher », notamment lorsque des proches sont impliqués)
  • Organisent toute leur vie en fonction des autres
  • Ont tendance à chercher le bonheur à l’extérieur d’eux-mêmes 
  • Croient qu’aimer équivaut à souffrir 
  • Supportent les mauvais traitements pour ne pas perdre l’amour des gens aimés 
  • Sont des réagissants, c’est-à-dire ont tendance à réagir de manière exacerbée à tout ce qui sort de leur champ de contrôle. Melodie Beattie écrit à ce sujet : « la plupart des codependants sont des réagissants. On réagit par la colère, la culpabilité, la honte, la haine de soi, l’inquiétude, la souffrance »

Une quête commune d’intensité

L’autre point en commun très troublant entre les partenaires d’alcooliques / drogués/ obsédés sexuels et victimes de pervers narcissiques, c’est leur quête d’intensité.

Quelque part, ils cherchent au sein de la relation un « high », cette sensation enivrante éprouvée par les drogués lorsqu’ils prennent leur dose quotidienne.

Or, les personnalités dépendantes (pervers, alcooliques, drogués etc.) ont le mérite d’offrir une sacrée dose d’adrénaline et de sensations fortes à leur partenaire : chaos, drame, ascenseurs émotionnels, sensation vertigineuse de chute libre sur une base régulière etc.

Mais quelles sont les conséquence de la codependance ?

La codépendance a deux conséquences fâcheuses : 

  1. Le codépendant est magnétiquement attiré par des personnalités dépendantes et dysfonctionnelle (je rappelle que le pervers narcissique est une personnalité dépendante. Car malgré les apparences, il dépend de sa proie qui est son défouloir. Comme je l’expliquais dans cet article, les pervers narcissiques se débattent contre la folie. Or, la relation fusionnelle entretenue avec la victime leur donne la sensation d’échapper à cette folie, car elle leur permet d’exporter tous leurs dysfonctionnements sur leur partenaire)
  2. Le codépendant entretient des relations douloureuses qui finissent le plus souvent de façon désastreuse 

Comment devient-on codependant ?

Selon Robert Subby, il s’agit d’un « état affectif, psychologique et comportemental apparaissant à la suite du contact et de la pratique prolongés d’une série de règles répressives – règles qui empêchent le sujet d’exprimer ouvertement ses sentiments et d’aborder de manière directe les problèmes personnels et interpersonnels ». 

La codependance peut donc très bien survenir dans le contexte d’une relation avec un partenaire abusif, car celui-ci finira toujours par museler d’une façon ou d’une autre sa proie.

D’après Melody Beattie : « Une telle inaptitude vient souvent de l’enfance. Une personne importante n’a pas su nous donner l’amour, l’approbation et la sécurité affective dont nous avions besoin ».

Effectivement, la plupart du temps, la codépendance est un mode de fonctionnement qui tire son origine dans l’enfance, dans le contexte de parents qui auront créé même sans s’en rendre compte un climat contrôlant et répressif au sein du foyer et/ou qui n’auront pas apporté la sécurité affective dont leurs enfants avaient besoin.

Comment guérit-on de la codépendance affective ?

Alors, le secret, c’est de ne pas attendre un quelconque changement de la part de notre partenaire (ou proche) dépendant / pervers.

La guérison passe par soi, en faisant retour sur soi. 

Par ailleurs, quitter la personne dépendante ne résoudra pas le problème de fond.

Tant que nous ne sommes pas attelés à faire ce travail de ramonage intérieur, nous attirerons à nous des relations de codependance avec des personnalités dépendantes et dysfonctionnelles.

Pour se transformer véritablement et profondément, trois étapes sont nécessaires:

1- prise de conscience

Réaliser que nous avons attirés à nous de nombreuses relations toxiques avec des partenaires dépendants. Réaliser que nous venons d’une famille où règne la dépendance sous plusieurs formes.

2- la décision

Décider viscéralement que nous ne voulons plus subir des relations de codependance. Choisir de tout entreprendre pour enfin vivre la vie d’harmonie à laquelle nous aspirons véritablement.

3- la métamorphose 

Ici, il s’agit de remettre le projecteur sur soi-même et d’orienter sa vie en s’appuyant sur sa guidance intérieure. Apprendre à s’écouter, à prendre soin de ses besoins, apprendre à dire non, à agir pour soi, même si cela risque de susciter l’indignation et la désapprobation en face de soi (cf article). Cette métamorphose implique également de s’extraire du rôle de sauveur dans le triangle de karpman (cf article). Enfin, cette métamorphose nécessitera d’apprendre à lâcher prise en profondeur pour ne plus chercher à contrôler ce qui échappe à notre champ de contrôle (cf article).

Conclusion:

Tout comme les partenaires d’alcooliques, drogués et autres dépendants sévères, les victimes de pervers narcissiques ont le profil type du codépendant. 

Au final, tout cela n’est pas très étonnant car les pervers narcissiques sont des personnalités profondément dépendantes. Ceux-ci dépendant en effet complètement de leur proie. Cette dernière leur est vitale car elle leur permet de ne pas avoir à affronter leur propre folie, grâce au mécanisme d’identification projective.

Si tu souhaites t’extraire de ce mode de fonctionnement nocif, je te propose 3 ressources très utiles pour cheminer vers une vie de liberté et d’autonomie: 

Ta nouvelle vie commence par un tout petit pas...


Inscris-toi à ma lettre d'information et reçois:

  • mon programme vidéo intensif sur 4 jours pour cheminer vers la liberté et la guérison véritables
  • ma checklist inédite pour savoir si la personne en face de toi est véritablement malfaisante
  • des vidéos et analyses qui te permettront d'élargir ton champ de conscience & de te créer la vie d'harmonie à laquelle tu aspires
  • des offres adaptées à ta situation

1 commentaire sur “1”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *