Comment reconnaître une belle-mère pervers narcissique?

Depuis que j’ai autopublié mes deux livres (Plus d’Amour et Plus Vivante), j’ai reçu différents témoignages de femmes qui avaient traversé un enfer tout à fait comparable au mien, avec pour toile de fond une belle-mère machiavélique manipulant son fils. 

A chaque fois, ces jeunes femmes me faisaient remarquer qu’il est d’autant plus dur de traverser une telle expérience qu’il existe très peu de littérature sur ce sujet très spécifique de la perversion narcissique.

Du coup, je me suis dit qu’il serait pas mal de partager quelques éléments concernant ce thème à mes lecteurs. 

Alors déjà, je vais planter le décors. De quoi je vais parler exactement dans cet article? Et bien je vais te parler d’une situation où un individu (homme ou femme) se met en couple avec une personne dont la mère est pervers narcissique.

Cet article permettra en plus de démontrer à tous ceux qui me l’ont déjà fait remarquer que oui, bien sûr, il existe des pervers narcissiques femmes. D’ailleurs, selon certains, Elles seraient encore plus vicieuses que les hommes. Mais bon, je ferme la parenthèse, ce n’est pas mon sujet pour aujourd’hui, peut-être pour un prochain article 😉

Bref, revenons à nos moutons ou plutôt notre mouton: notre chère belle-mère perverse.

Quel est son plan d’actions? 

1) contrôle (aliène) son enfants et ses petits-enfants

Et ben oui, malheureusement, la belle-mère PN est sacrément contrôlante. C’est d’ailleurs une des caractéristiques clés des pervers narcissiques. Ils veulent absolument tout soumettre à leur volonté de fer. Alors imaginez un peu quand il s’agit de la chair de leur chair.

Forcément, dans un tel contexte, cela finira par susciter quelques tensions au sein du ménage (euphémisme…)

Car à chaque grande décision, la madré voudra que tout soit fait à sa façon à elle. Mariage, naissance, emménagement, vacances, éducation des enfants, changement professionnels… Tous les moments importants de la vie du couple seront pris d’assaut par la belle-mère qui voudra imposer/régenter/décider pour tout le monde.

Et gare à la pièce rapportée si elle n’obtempère pas! Elle aura le droit à toutes sortes de scènes apocalyptiques :  scènes larmoyantes (qui ne sont rien d’autre que du racket affectif…), chantage, culpabilisation (« me faire ça à moi après tout ce que j’ai fait pour toi!»… variante: « comment peux-tu oser dire cela alors que je t’aime comme si tu étais mon propre enfant!», et puis bien-sûr, prise en otage de son enfant pour le monter contre son propre conjoint « regarde comme il/elle est méchant avec moi, pourquoi il/elle me traite comme ça?». )

Je te laisse t’imaginer la scène, avec la belle-mère adoptant des petites moues renfrognées, mimant les yeux de calimero, les larmes perlant au coin des yeux et courbant l’échine pour simuler la détresse…

Souvent, sa soif de contrôle se soldera par un bras de fer avec la belle-fille / le beau-fils dont l’enjeu sera le suivant: « soit je fais triompher ma volonté dans votre couple et je réduis ton pouvoir à néant soit je n’y arrive pas mais je peux t’assurer que tu le payeras cher car je te pourrirai la vie à jamais» (ambiance, ambiance)

Le pire scénario ici sera une aliénation pure et simple de son enfant. Alors oui, je sais, voir le mot aliénation associé à un adulte paraît vraiment saugrenu. On s’imagine en effet à tort que seuls les enfants peuvent être aliénés. C’est faux malheureusement. Bien des adultes peuvent finir aliénés. Et dans le cas d’un parent PN, il n’est pas rare que l’aliénation dure toute la vie.

Mais qu’est-ce que ça veut dire au juste, que la belle-mere aliène son fils / sa fille contre son/sa conjoint(e) ? Et bien ça signifiera tout simplement que la belle-mère et son enfants seront la même entité psychiatrique. Lorsque tu auras l’impression de parler à ton conjoint, en réalité, tu t’adresseras à ta belle-doche (youpi…)

Ici, la belle-mère aura réalisé un tel lavage de cerveau sur son enfant-adulte (endulte) que celui-ci ne sera même plus capable de réfléchir par lui-même, ni d’avoir son propre avis sur quoi que ce soit. 

Dans un tel cas, on a en général la fâcheuse tendance à vouloir ouvrir les yeux de son conjoint pour qu’il réalise une bonne fois pour toute les manœuvres de sa mère.

Autant pisser dans un violon. Non seulement  cela n’aura aucune incidence sur la perception qu’il/elle aura de sa mère, mais cela le/la conduira en plus à développer une rage monstre contre nous. 

Car oui, pointer du doigt la dysfonctionnalité de ce couple quasi incestuel est un crime de lèse-majesté qui se soldera par une haine viscérale de ta belle-mère vers toi (et donc, si t’as bien compris la leçon, de ton conjoint vers toi, dans la mesure où lui/elle et sa maman, et ben c’est la même entité psychiatrique)

2) disqualifie sa belle-fille, beau-fils avec le but de le réduire à néant tant dans sa fonction de parent que de compagne/compagnon

Évidemment, faut pas rêver, dans la mesure où t’as mis le grappin sur son choupinet d’amour, tu représentes une menace non négligeable pour ta belle-mère. Pour s’assurer que tu n’as pas trop d’ascendant sur ton conjoint (ça serait dommage que tu lui ouvres les yeux, hein!), et bien elle réalisera un véritable travail de sape à ton encontre. Mais pas frontal. Un travail de sape subtil et vicieux. Une petite pique après l’autre entrecoupée de quelques compliments ci et là sur lesquels elle se raccrochera vigoureusement si tu découvres le pot aux roses: « ah non!!! Jamais je ne dis de mal sur toi! La preuve, j’ai dit l’autre jour que tu étais bien gentille». Tout ça n’est que manœuvre permettant de camoufler le véritable plan: te détruire aux yeux de ton conjoint pour que tu ne puisses jamais l’influencer d’un iota. Car la seule personne qui a le droit de l’influencer, c’est elle pardi!

Dans le scénario où le conjoint victime de cette machinerie sournoise est une femme, ça sera encore pire car la belle-mère cultivera en plus une jalousie noire vis-à-vis de sa belle-fille. Bah forcément!! T’imagines un peu le truc?! Une femme a osé lui piquer l’objet de ses délires de toute puissance maternelle. Faudrait quand même pas espérer qu’elle cultive de l’amitié à son endroit! Donc dans un tel scénario, tu devras en plus faire face à la jalousie de ta belle-mère. Une jalousie maladive, opaque et puissante, qui pourra la conduire à fomenter les plans les plus sombres pour te disqualifier aux yeux de son rejeton (si tu veux quelques exemples de vacheries dont sont capables ces spécimens, je t’invite à découvrir mon ouvrage Plus d’Amour).

Dans le cas où vous avez des enfants, elle prendra un malin plaisir à te disqualifier dans ton rôle de parent. Ici, le plan est le suivant: te démettre purement et simplement de ton rôle de parent pour pouvoir prendre ta place sur l’échiquier parental. Pour la belle-mère perverse, il s’agit ici de l’apothéose, du plus glorieux scénario possible et imaginable: non seulement elle t’a écarté de son enfant (ton conjoint), mais en plus, elle est parvenue au tour de maître de t’écarter de tes propres enfants. Forcément, ce plan conduira à l’aliénation puis l’embrigadement des enfants contre le parent victime. Ceux-ci seront alors implicitement sommés de partager la rage de la belle-mère vis-à-vis de leur mère/père.

Conclusion 

Le plan ultime de la belle-mère PN, c’est d’utiliser son propre enfant comme missile pour anéantir sa belle-fille / son beau-fils. Il s’agit d’un crime parfait car elle garde les mains propres alors que la victime sombre doucement dans la folie (car oui, je confirme, faire face à un partenaire aliéné par sa propre maman, ça rend tout bonnement dingue).

Mais au final, elle ne détruit pas que sa belle-fille / son beau-fils. Car lorsqu’elle aliène son fils/sa fille, elle ne fait rien d’autre que lui retirer son statut de sujet. Elle le pose en objet. Son objet. Sa chose. Son pantin téléguidé.

En réalité, elle nie son enfant, son individualité, sa personnalité.

Or, une telle attitude mêlant possession et aliénation est très profondément destructrice.

D’ailleurs, une telle expérience suscite toujours une marée de rage, de colère et d’émotions bouillonnantes auprès de celui qui en est la victime. Sauf qu’ici, il est strictement interdit d’adresser ces émotions à celui qui les a provoquées par son comportement (en l’occurrence ici, notre chère belle-mère).

Ces émotions seront alors tout naturellement déportées vers une cible « acceptable », c’est à dire une personne que l’on a le droit de haïr. Conséquence logique: tout ce « paquet cadeau » (haine+rage+émotions bouillonnantes+autres réjouissances du même tonneau) sera pour la pomme du conjoint.

Au final, il s’agit d’une mère prête à broyer son propre enfant pour anéantir cette pièce rapportée devenue bien trop dérangeante par ses positions et ses prises de conscience.

Si tu vis un enfer de ce genre, et bien déjà, je t’adresse ma profonde reconnaissance car je sais ce que c’est, car je suis malheureusement passée par là moi aussi.

Ensuite, je te conseille de t’inscrire à ma lettre d’information car elle regorge de bons conseils pour faire face à un prédateur du calibre d’une belle-mère PN.

Ta nouvelle vie commence par un tout petit pas...


Inscris-toi à ma lettre d'information et reçois:

  • mon programme vidéo intensif sur 4 jours pour cheminer vers la liberté et la guérison véritables
  • ma checklist inédite pour savoir si la personne en face de toi est véritablement malfaisante
  • des vidéos et analyses qui te permettront d'élargir ton champ de conscience & de te créer la vie d'harmonie à laquelle tu aspires
  • des offres adaptées à ta situation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *